Translate

lundi 27 mai 2019

Hommage à mon père, Attilio Fiorelli dit "Nino le guitariste aux doigts d'or"





SOYEZ LES BIENVENUS! WELCOME! DANS 30 SECONDES TOUT SERA EN PLACE ... YOU WON'T REGRET THIS WAITING...
Le tout premier morceau qu'il m'a appris: THE VERY FIRST PIECE HE TAUGHT ME


Puis la fameuse Etude en LA de Matteo Carcassi:un morceau qui a bercé mon enfance et que mon père nous jouait souvent
La toute première photo d'Attilio, en 1947, à Rome.


Il avait 16ans


Mon père à débuté sa carrière musicale par l'accordéon. Né dans un milieu ouvrier très modeste, il a dû quitter l'école très tôt et s'est rapidement confronté à celle de la rue. Doté d'une belle voix, l'accordéon en bandoulière, il sillonnait les rues de Rome avec son frère aîné Alfredo, à l'harmonica, pour ramener quelques lires à la maison. Puis arrive le service militaire, en 1953, à Udine


Avec les copains du régiment (toujours à l'accordéon en haut)






Attilio fait le clown, tout à gauche(comme des années après...voir plus bas...)




Premier contact avec la guitare!Attilio était autodidacte. Perfectionniste infatiguable, il répétait des phrasés sur sa guitare toute la journée... et ma mère qui des fois n'en pouvait plus d'écouter la même chose en boucle!
En 1953, en Italie, l'armée c'était deux ans... Pas grand Attilio non?Il bersagliere Fiorelli L'Infanteria di Udine(on ne s'ennuie pas...ou brise-t-on l'ennui comme on peut?Bientôt la quille!! Petit recital en tenue militaire!! Enfin libre! en août 1956, à Roma. A la recherche d'un job: sur la photo du bas il avait ecrit "chitarrista"



L'ami Carlo, premier complice du trio qui sévira sur les belles terrasses de la Riviera niçoise
L'ami Riccardo Oteri, guitariste plusieurs fois primé, initiera mon père à la guitare classique et à l'art de la fugue...(transcription Andres Segovia)

voici un extrait de Bach , comme il me l'a appris par la suite: un prélude d'abord, BWV999 EN RE mineur:puis une fugue, BWV 1001, en La mineur (trancription du violon à la guitare par Andres Segovia, le maître absolu)
 Un dernier petit tour au Colosseo di Roma avant de partir en tournée, destination...Nizza! (1960)  En tournée, on fait la connaissance d'autres artistes, comme le Dr Carbajo et son fils, Roque, dit Ciquito, prodige de la guitare et du chant (ici à 7-8ans sur la photo et déjà célèbre sur les scènes européennes... Aujourd'hui, Roque Carbajo enseigne la musique à Montréal; c'est un compositeur fécond, apprécié des connaisseurs comme du grand public. Il a signé de nombreux titres pour la guitare, mais aussi pour des ensembles acoustiques de grand talent, comme Amalgama. voici son site: http://www.roquecarbajo.com/ et une de ses nombreuses compositions:
Zamba para un viaje


Une autre beauté de Roque Carbajo, né à Nice...d'òu le titre NENA DOU PAILLON (LA PETITE FILLE DU PAILLON) FLORESTAS,(forêts) ci-dessous, un de ses opus récents
Le dernier recueil de Roque, un splendide "voyage en guitare" où le titre argentin "yerba mate" a été dédié à mon père! (un grand merci maestro pour cet honneur posthume:








 Après l'actualité, retournons dans le passé, aux années 60: De son côté, Attilio- alias "Nino L'HOMME AUX DOIGTS D'OR"- obtient un contrat dans un établissement niçois très spécial, réservé aux noctambules... En guitare classique, il faut rester concentré!! PEUT-ÊTRE JOUAIT-IL CETTE VALSE n°2 D'ANTONIO LAURO QU'IL M'A APPRISE: ANDREINA:
ou le fameux sons de carrilhoes de Joao Pernambuco (sons de carillons) J'ai retrouvé un enregistrement de Nino qui joue ce morceau!! tout en bas du blog...
ou bien encore cette Danza Paraguaya n°1 d'Augustin Barrios qu'il jouait avec brio : j'essaierai de trouver des enregistrements de bonne qualité dans ses K7 que ma mère m'envoie régulièrement par poste... j'en ai retrouvé et restauré depuis: deroulez le blog!! Mais le cabaret, ça ne suffit pour s'installer dans la région et nourrir une famille: car entre-temps, le troubadour s'est marié avec cette charmante niçoise ci-dessous, et je vais bientôt naître... Ma tante, Nina Missouri, comédienne à ses heures, au theatre de l'alphabet, à Nice, et ma mère, Christiane, à droite. Il a de la chance d'être aussi bien entouré l'Attilio... nous sommes en juillet 1960 Mais la chance suffit-elle en musique? Il vaut mieux chercher des terrasses, des restaurants gastronomiques autant huppés que possible. Sur la "French Riviera", ce n'est pas ce qui manque.... 

Hop! une génuflexion! VincentNinoCarlo

à genoux pour les dames... Ici pour Guy Lux (il n'a pas trop l'air d'apprécier...) Là pour Denise Fabre, qui semble nettement mieux aimer la guitare.... Alors pourquoi pas se rapprocher un peu... Chez Bidoux, fin des années 60, à Villefranche sur mer...(assis à gauche, le boss) Et là pour des acteurs...(je ne saurais dire lesquels) une autre valse de LAURO qu'il m'a enseignée, la N°3 Natalia: je ne l'ai jamais oubliée

Profession: TROUBADOUR HAAA!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! QUEL METIER! A la colombe d'or, saint Paul de Vence, avec LUDMILLA TCHERINA, en août 1964...(ci-dessus) et comme il a dû la voir à l'époque de sa splendeur(ci-dessous) Un premier fléchissement "musical"vers le monde de la danse classique Attilio?  Faut avoir les genoux souples, surtout quand on est pas trop grand...



Et faire de bonnes pauses pour soulager les rotules(et se remettre de ses émotions)....
Et c'est reparti! Avanti la Musica! Nino, Vincent et Carlo, au Moulin de Mouginsles maracas dans la poche au cas où... 

Un client ci-dessous qui ne résiste pas à l'appel du chant (c'est bon pour la digestion remarquez) Des gens du showbizz ...
Mon père à droite, caché par son sombrero. Cette fois il les a sorties (les maracas) Qu'il fasse de même là-haut! l'ami Carlo, qui ralliait souvent Savona à Nice pour nous visiter, avec sa voiture de sport,(Maserati) bien longtemps après ce cliché. Car contrairement à mon père, l'ex-troubadour avait les moyens, étant devenu chef d'entreprise prospère en Italie ps: Il garait son bolide rouge assez loin des HLM des orangers évidemment! ce qui me faisais une belle balade pour aller le voir avec lui...je me souviens qu'une fois à l'intérieur, alors que je caressais émerveillé les boiseries et les vu-mètres, il m'avait glissé un gros billet dans la main en me disant: "dis rien à ton père, achète-toi ce que tu veux" L'un était resté ménestrel, l'autre avait choisi une voix plus "sérieuse"; mais leur amitié ignorait les classes sociales. Ceux qui veulent lire peuvent cliquer sur l'article... Pour Georges Guetary, en 1964, toujours à Mougins Le temps passe et voilà: "il passe pour tout le monde" disait Attilio. Quelques années plus tard, toujours entre les tables... Ici, pour Jean-Paul Belmondo. (houlà! il a pris de l'embompoint mon paternel...) Mais pas un gramme pour Bebel, et des abdominaux plein la chemise.

Attilio court le cachet, parfois intéressant....mais les gros pourboires ne tombent pas souvent dans la soucoupe...et gamin, j'ai souvent vu ma mère laisser des articles à la caisse au moment du total à payer.(haa! si nous avions eu une calculette! mais celle inventée par texas instrument était encore indisponible...
 niveau budget, pas facile de joindre les deux bouts avec une famille de 2 enfants...soucieux Attilio?



Inauguration de "La Beluga"le 16 juin 1977 (et premiere calculette de texas instrument! )  

Pierre Antona et Annie, deviennent ses patrons et amis très chers! 






1980... Une de ses compositions préférées:Danza Paraguaya Un casse-main avec tous ces barrets









Dessous, l'extrait d'une de ses compositions, JOUEE PAR LUI! , que j'ai retrouvée dans ses K7 audio: accompagnée des clowneries d'Attilio Fiorelli.
Prochain chapître, le rêve du troubadour se réalise: composer pour le ballet, ET L'ORCHESTRE SYMPHONIQUE DE NICE!!.. si vous voulez connaître la suite, et vous laisser charmer par LA MUSIQUE DE NINO FIORELLI ....
2ème partie...

Retour sur mon site:




Merci de votre attention! 

7 commentaires:

Mask a dit…

Magnifique, comme toujours!

La valse N°3 Natalia de Lauro: que du bonheur!

Encore bravo, et merci, pour votre musique et pour ce blog.

Michel Fiorelli Blog a dit…

Mille mercis Mask!

Anonyme a dit…

Je trouve ce blog extraordinaire. votre père aurait merite un meilleur sort niveau finances...Mais le fils a herité d'un don fantastique pour l'instrument! bravo!! (j'adore la danza paraguaya et la musique de barrios!!) je m'abonne a votre chaîne immédiatement

Michel Fiorelli Blog a dit…

Je vous remercie infiniment. Mon père était simplement animé quotidiennement de la musique de Barrios. merci et a bientôt cher anonyme

Anonyme a dit…

Serge L. (alias Michel ORNAY)
Par hasard, s'il existe, rencontre sur ton blog qui contitue un bel hommage à ton Père. Celà m'a ramené à une belle tranche de vie avec lui, avec vous, à une époque ou tout était possible, où l'on pouvait conjuguer amitié, aventure, liberté, insouciance et réalités quotidiennes d'une vie en même temps difficile.
Très heureux que tu l'ai replacé à sa juste place à laquelle beaucoup le revoient encore. Heureux aussi de l'héritage qu'il t'a laissé,...la musique.
Chaleureusement, Miguel

Unknown a dit…

Super site... Merci pour ce fabuleux partage plein d'émotion...
La musique embellit les coeurs... Et le mien est tout embellit par toutes ces superbes vidéos...

Merci encore...

Kipling. ♪ ♫...

elisabella1988 a dit…

Merci pour ce magnifique blog que je regarde toujours avec les larmes aux yeux pas un jour sans penser à lui .tu es le seul à me jouer ces morceaux qui restent gravés dans ma mémoire d'enfance .ou qu'il soit je sais qu'il veille sur nous .je t'embrasse.